04 novembre 2007

Barack Obama est-il le candidat du "Soft Power" ?


(Joshua Lott / Reuters)

Qu'est-ce que le Soft Power ?

Il s'agit d'une notion utilisée dans l'analyse des relations internationale. Elle a été inventée par Joseph S. Nye dans son ouvrage Bound to Lead, The Changing Nature of American Power, (OUP, 1990). Nye est démocrate, il a travaillé pour les administrations Jimmy Carter (1977-1981) et BillClinton (1993-2001).
Voici comment le spécialiste des relations internationales Pascal Boniface définit la notion de Soft power : Joseph Nye "se basait sur une distinction en " hard power " et " soft power ". Le " hard power " c'est l'utilisation des moyens économiques et militaires pour imposer sa volonté aux autres. Le " soft power " consiste à parvenir au même résultat par l'attraction, l'influence. Le " soft power " américain réside dans ses valeurs (liberté, droits de l'homme, démocratie), son système universitaire, sa culture etc." Précisons que c'est également une méthode d'exercice de la puissance : contrairement à la force militaire qui s'appuie sur la contrainte, le soft power repose "sur la capcaité à définir l'agenda politique d'une manière qui oriente les préférences des autres. (...) Le soft power va au-delà de la persuasion ou du pouvoir de conviction grâce à l'échange d'arguments. C'est la capacité à séduire et attirer. Et l'attraction mène souvent à l'acceptation ou à l'imitation"(citation de J. Nye).

La fuite des cerveaux est ainsi une illustration de la force d'attraction du modèle américain. La promotion de ce modèle passe parfois par la réalisation de petits films en vantant les mérites, quitte à s'annexer le patrimoine naturel de son voisin canadien en montrant les chutes du Niagara, mais uniquement la partie canadienne... Coïncidence, la secrétaire d'Etat adjointe en charge de la diplomatie publique (en somme le Soft power) vient de démissionner...
Quant au côté obscur de la force... Le rôle attribué à Dick Cheney (vie-président, certains disent qu'on pourrait lui laisser uniquement la première partie de cette fonction...) par Georges Bush lui-même pour la fête d'Halloween est celui de Dar Vador ! Déclaration de l'intéressé : "Dark Vador est l'un des surnoms les plus gentils que l'on m'ait donné récemment."

Mais là je m'égare un peu ! Revenons à notre sujet.

Qui est Barack Obama ?

Barack Obama est un des candidats pour l'investiture démocrate aux Etats-Unis. Il est donné deuxième dans les intentions de vote pour les primaires derrière Hillary Clinton, ex-First Lady pendant huit ans. Ces primaires commencent en janvier par l'Iowa, petit Etat peu peuplé, mais sans doute celui où les candidats dépensent le plus parce que celui ou celle qui remporte cette primaire possède un avantage psychologique difficile à renverser ensuite. Il est actuellement sénateur de l'Illinois, relativement jeune (45 ans) a des origines variées (un père kenyan, une mère américaine, un beau-père indonésien) qui en font le candidat idéal de la diversité américaine. Voyez son site officiel.

En quoi Obama serait-il le candidat du Soft Power ?

L'administration Bush ne s'est pas distinguée, vous l'aurez sans doute remarqué..., par sa capacité de persuasion et sa "puissance douce". Un des problèmes d'Obama est sa crédibilité, en particulier en matière de politique étrangère. Pourtant, selon Joseph Nye lui-même, Barack Obama "ferait plus pour le "soft power" des Etats-Unis à travers le monde que quoi que ce soit d'autre que nous fassions". Réconcilier les orientations antagonistes de la politique étrangère américaine et dépasser ses clivages traditionnels entre réalistes et idéalistes, entre multilatéralistes et unilatéralistes serait-il possible avec Obama à la Maison Blanche ?Quelques éléments de réponse avec cet article en anglais (à lire ou à écouter) paru dans le New York Times Magazine.

[photo : Baba, "La fuite des cerveaux..."]


2 commentaires:

Palikare a dit…

Un commentaire (assez désabusé) de F.B. Huyghe sur votre question : http://www.huyghe.fr/actu_605.htm

M.AUGRIS a dit…

Merci pour le lien.
Il est certain qu'Obama ne pourra pas à lui tout seul effacer huit années de Bush avec un sourire.

Mes vidéos