23 février 2006

Les Etats-Unis sont-ils une hyperpuissance ?

[Croquis sur un thème proche de celui de la composition, Hachette Terminale]

COUP de POUCE

DÉFINIR LE SUJET

Tout se joue dans ce sujet sur l'analyse précise du terme « hyperpuissance». De plus, la formulation sous forme de question invite à remettre en cause - ou à valider ! - l'affirmation. On devra donc éventuellement chercher les limites, les oppositions, bref replacer le pays sur l'échiquier mondial et le comparer à d'autres pôles.

Il faut pouvoir distinguer puissance, superpuissance et hyperpuissance : il y a, à chaque fois, un degré supplémentaire dans la puissance. La puissance implique une influence, même incomplète, sur le monde : ainsi le Japon et l'Allemagne sont des puissances par leur économie même si à cause de leur défaite de 1945, ces pays ne jouent plus de rôle politique. La superpuissance implique une influence dans de nombreux domaines : économique, poli­tique voire culturel. L'hyperpuissance implique l'idée que le pays concerné est la seule superpuissance mondiale et écrase tous les autres de sa supé-; riorité, qu'il n'a pas de rival. Sa domination est sans partage.

CHOISIR UNE PROBLÉMATIQUE

Le sujet est déjà problématisé. On peut reformuler le sujet en se demandant si les États-Unis, seule superpuissance mondiale depuis la fin de la guerre froide, connaissent des limites à leur puissance. On a tout à fait le droit de valider l'affirmation selon laquelle les États-Unis sont une hyperpuissance. Mais il faudra alors argumenter, notamment sur ses rivaux potentiels et ses éventuelles limites, pour montrer la faiblesse de ceux-ci face au géant amé­ricain. Il ne faut pas négliger cette discussion comparative, sinon le devoir ne présentera qu'un aspect incomplet voire uniquement élogieux des États-Unis.

MOBILISER DES CONNAISSANCES

Le deuxième chapitre du programme sur la puissance américaine sera utile­ment complété par la connaissance du premier chapitre qui concerne la géo­graphie du monde. On pourra aussi se référer aux leçons sur les autres pôles de puissance, l'Asie orientale et, pour les L-ES, l'Union européenne. Il faudra pouvoir montrer des manifestations de l'influence américaine sur le monde dans plusieurs domaines (politique, économique, etc.) mais aussi à plusieurs échelles (relations dans la Triade, avec ses voisins du Pacifique ou de l'espace latino-américain...). Les chiffres seront essentiels s'ils permettent d'établir des comparaisons ou de démontrer des proportions qui vont dans le sens du sujet (ex : 25% du PIB mondial).

FAIRE UN PLAN

On peut suivre un plan qui discute chacun des aspects de la puissance amé­ricaine, par domaine : constater la puissance politique, militaire, l'expliquer ensuite par la puissance économique, terminer enfin par son influence, notamment culturelle, sur le monde Nous adopterons ici un plan plus clas­sique de géographie (constat de la puissance, explication de cette puissance, limites), notamment parce qu'il permettra dans la dernière partie de discu­ter et de nuancer la notion d'hyperpuissance :

I- Une puissance qui écrase le monde

II- Les facteurs de la puissance américaine

III- Une domination discutable et discutée

RÉDIGER L'INTRODUCTION

II faudra définir dans l'introduction les notions de puissance (influence sur le monde) et d'hyperpuissance (influence totale et sans partage), en rappe­lant bien entendu le cadre spatial et temporel (le monde actuel). La refor­mulation du sujet doit introduire l'idée que le devoir a pour objet de discuter ces notions de puissance et d'hyperpuissance.

PLAN DÉTAILLE

Introduction

La chute de l'URSS en 1991, en mettant fin à la guerre froide, a semblé démontrer l'excellence du modèle américain. Elle a surtout laissé les États-Unis seule grande puissance à l'échelle de la planète. Première puissance économique mondiale, celle-ci a les moyens d'influer sur l'évolution du monde. Mais les réactions de rejet qu'elle suscite, parfois très violentes comme le rappellent les attentats du 11 septembre 2001, sont à la hau­teur de sa puissance.

Peut-on affirmer qu'en ce début de XXIe siècle, la puissance américaine est telle qu'on puisse aller jusqu'à parler d'hyperpuissance ? Si les manifestations de sa puissance démontrent une hégémonie complète sur la planète, fondée sur un modèle de développement social et écono­mique, cette puissance connaît aujourd'hui une forte contestation.

I - Une puissance qui écrase le monde

A. Une domination politique et militaire sans partage sur le monde...

1. Une présence militaire mondiale

- Bases (OTAN, etc.) et flotte disséminées à la surface de la planète.

- Matériel de pointe (entreprises performantes), arsenal nucléaire.

2. Des interventions nombreuses

- Exemples récents : Afghanistan, Irak... et plus anciens (guerre du Golfe, Panama).

- Rôle de négociateur (dans le conflit israélo-palestinien notamment).

B. ...Permise par le poids économique du pays

1. La première puissance économique mondiale

- Premier pays manufacturier du monde (25% du PIB mondial), pôle agricole excédentaire (1er producteur de maïs et de soja), premier pôle industriel (premier producteur d'automobiles et de produits chimiques).

- Des entreprises de taille mondiale comme Ford, Boeing dans des domaines de haute technologie notamment (IBM, Microsoft).

2. Une culture-monde ? L’influence du « Soft Power »

- Une véritable industrie de la culture (cinéma d'Hollywood, musique). La seule culture partagée par les hommes de la planète quelle que soit leur origine (l'anglais, langue internationale).

- Un poids scientifique considérable (brain drain).

La puissance américaine a un formidable pouvoir d'attraction, qui lui per­met par ailleurs de renforcer cette même puissance. Quels en sont les fon­dements initiaux ?

II - Les facteurs de la puissance américaine

A. Une société développée

1. Un territoire organisé pour l'économie

- Centres économiques de première importance (Manufacturing Belt en redressement, avec la Mégalopolis en tête, pôles de la Sun Belt), périphé­ries agricoles intégrées, ressources diverses.

- Réseaux de communication reliés au monde, notamment façades mari­times développées et hubs aériens.

2. Les fondements idéologiques

- Capitalisme, liberté d'entreprise : FMN.

- Liberté individuelle comme fondement d'un modèle, rêve américain comme moteur.

B. Un pays qui pèse sur les relations internationales

1. Les «victoires» sur le monde

- 1945 : victoire sur le nazisme qui lui permet de se poser en défenseur de la liberté et de la démocratie surtout face à l'expansion soviétique. Organisation d'un bloc occidental (OTAN, etc.).

- 1991 : fin de la guerre froide, qui fait apparaître les Etats-Unis comme le seul modèle valable et la seule superpuissance (d'où l'idée d'hyperpuis-sance).

2. Une présence importante et cruciale dans les institutions interna­tionales

- Pays fondateur de l'ONU et y jouant un rôle de premier plan (membre permanent du Conseil de sécurité), de même à l'OMC, au FMI (possède une minorité de blocage).

- Initiative dans la constitution d'une zone de libre-échange américaine (ALENA depuis 1994 avec le Canada et le Mexique, projet de ZLEA aujourd'hui). Si les États-Unis peuvent se présenter aujourd'hui comme un modèle structurant l'ordre international, sa forte puissance n'est pas sans rencon­trer des résistances et des limites.

III - Une domination discutable et discutée

A. Des concurrents prêts à rivaliser

1. L'Union européenne

- Réelle première puissance économique et commerciale (45% des échanges mondiaux).

- Avec la volonté de fonder un État ayant un rôle politique international destiné à contrebalancer la puissance américaine.

2. L'espace pacifique émerge

- Velléité du Japon à retrouver un rôle dans l'espace pacifique, en s'ap­puyant sur sa puissance économique.

- Mais surtout montée en puissance de la Chine dont l'économie se déve­loppe à grande vitesse et qui dispose de la puissance militaire, nucléaire, spatiale, et d'une influence culturelle non négligeable (ancienneté de la civilisation et, surtout, diaspora présente sur tous les continents).

B. Des contestations de plus en plus fortes

1. Venant de l'extérieur

- Résistances culturelles, intégrisme islamique qui refuse l'ordre interna­tional et qui souhaite éliminer l'influence américaine de l'espace arabo-musulman.

- Altermondialistes qui proposent un ordre international fondé sur la discussion collective, notamment en améliorant le dialogue Nord-Sud.

2. Se posant à l'intérieur

- Limites sociales (les laissés-pour-compte de la puissance sont nombreux : le taux de pauvreté est de 15% environ).

- Appels politiques au retour à l'isolationnisme. G.W. Bush lui-même en prenait le chemin avant le 11 septembre 2001. Toutefois, même dans l'iso­lationnisme, la politique extérieure a pour objectif la défense des intérêts économiques américains. Or ceux-ci ont une dimension planétaire pri­mordiale : la politique américaine ne peut qu'être interventionniste à l'échelle mondiale. Les Américains sont prisonniers de leur puissance.

Conclusion

Malgré les comparaisons (on parle de Pax americana pour qualifier l'ordre international actuel), les États-Unis ne sont pas l'Empire romain, qui exerçait sur son espace une domination incontestée et une attraction très forte.
C'est plutôt parce qu'ils manquent depuis la fin de la guerre froide de rival pouvant faire contrepoids à leur puissance dans tous les domaines qu'on a pu les qualifier d'hyperpuissance. L'émergence de nouveaux pôles, en cours d'intégration, en Europe et dans le Pacifique, pourrait bien conduire les États-Unis à partager cette influence qui leur permet aujour­d'hui de peser sur la marche du monde.

[source : Annales du Bac, Nathan, 2005]

13 commentaires:

pipin_du_62 a dit…

je trouve que ce site est vraiment bien fait
on y trouve tous les renseignements que l'on puisse rechercher
et ces derniers sont vraiments complets...
merci pour votre aide

Emeline a dit…

Merci beaucoup, ce site m'a été d'une aide précieuse pour mes révisions !

Jean-Baptiste a dit…

Juste pour vous transmettre un grand merci, car je viens de découvrir ce blog, et qu'il y a ici tout ce qu'il faut pour réviser mes DS :).
PS : Pour les investissement américains à l'étranger ( petit supplément si vous me permettez ) :
51% en Europe
20% en Amérique latine
13% en Asie
3.5% en Océanie [ chiffres du 15 novembre 2000 ]

PS2 : Budget américain de la défense estimé en octobre 2000 à 270Milliards de $

Bonne continuation.

Anonyme a dit…

Votre site est vraiment peu attractif...honnêtement je le trouve laid!
Non mais c'est quoi ces couleurs?!? N'avez vous jamais étudié le design?
Non, c'est sûr!
Enfin, ca peut aider des pauvres étudiants à la dérive...
Bon courage quand même!
Bye!

M.AUGRIS a dit…

Notre commentateur anonyme est-il ironique ou a-t-il la dent un peu dure ? Troisième possibilité : c'est une publicité pour des formations en design. Parce qu'effectivement, dans mon cursus d'histoire-géo, je n'ai jamais étudié le design...

Alicee G a dit…

merci beaucoup pour ces corrigés, ils m'ont été d'une aide précieuse pour réviser ! pour ma part je ne trouve pas votre si laid du tout !
en core merci
bonne continuation

antoine a dit…

l'anonyme peut aller se recoucher!!! continuer a faire ce que vous faite c'est trés bien et ça aide beaucoup de monde (dont moi) merci encore

Anonyme a dit…

Il n'y a pas trop d'informations sur anti-américaine au Moyen-Orient...

1. Venant de l'extérieur

- Résistances culturelles, intégrisme islamique qui refuse l'ordre interna­tional et qui souhaite éliminer l'influence américaine de l'espace arabo-musulman...


1 peu plus d'informations sur ce sujet ! SVP
Bonne contunuation Monsieur!

Marie a dit…

bonjour, je suis assez bloquée sur ma composition de géographie du fait des problèmes de discipline dans ma classes ...
J'ai une question :
Pourquoi ne faîtes vous pas la différence entre Amérique et Etats Unis ? C'est pourtant deux choses bien différentes non ?
ça me bloque, je ne sais pas si je dois différencier ou pas ... c'est horrible !!
Merci d'avance !

Maxine a dit…

Bonjour, je voudrais vous demander un conseil. Mon cours n'étant pas beaucoup rempli, je voudrais savoir si il est possible de faire un plan comme celui-ci :
I. Une puissance économique, financiere et culturelle
II. Une puissance militaire, dimplomatique et politique
III. Un colosse au pied d'argile

je sais pas si ca suffit..
Merci d'avance pour votre réponse !

M.AUGRIS a dit…

Oui, pourquoi pas. ça semble tenir la route.

Aylin a dit…

Votre site est très interressant, j'ai réussi à trouver mon bonheur pr mon étude d'ensemble documentaire! merci bcp :)

Anonyme a dit…

Bonjour, j'ai un paragraphe argumenté à faire à partir de la question suivante : Les Etats Unis sont ils une hyperpuissance? J'ai beaucoup de mal étant donné que mon cours n'est pas complet. Pourriez vous m'aider svp?

Mes vidéos